Treizième dimanche ordinaire

 

Ouverture

C’est le Seigneur qui nous rassemble chaque dimanche, il nous donne sa Parole ; elle nous fait vivre. Nous partageons le pain et le vin : il nous donne son Corps et son Sang pour refaire nos forces, nous garder unis à lui dans son amour qui ne passera jamais et nous permettre de porter du fruit, avec lui, pour la vie du monde.

 

Préparation pénitentielle

Seigneur Jésus, nous avons été baptisés dans ta mort. Prends pitié de nous.

O Christ, sur toi le péché n’a plus aucun pouvoir. Prends pitié de nous.

Seigneur, en toi nous sommes morts au péché et vivants pour Dieu. Prends pitié de nous.

 

Prière d’ouverture

Tu as voulu, Seigneur, qu’en recevant ta grâce nous devenions des fils de lumière ; ne permets pas que l’erreur nous plonge dans la nuit, mais accorde-nous d’être toujours rayonnants de ta vérité. Par Jésus Christ.

 

Lecture du second livre des Rois

Un jour, le prophète Élisée passait à Sunam ; une femme riche de ce pays insista pour qu’il vienne manger chez elle. Depuis, chaque fois qu’il passait par-là, il allait manger chez elle. Elle dit à son mari : Ecoute, je sais que celui qui s’arrête toujours chez nous est un saint homme de Dieu. Construisons-lui une petite chambre sur la terrasse ; nous y mettrons un lit, une table, un siège et une lampe, et quand il viendra chez nous, il pourra s’y retirer. Le jour où il revint, il se retira dans cette chambre pour y coucher. Puis il dit à son serviteur : Que peut-on faire pour cette femme ? Le serviteur répondit : Hélas, elle n’a pas de fils, et son mari est âgé. Élisée lui dit : Appelle-la. Le serviteur l’appela et elle vint à la porte. Élisée lui dit : L’an prochain, à cette même époque, tu tiendras un fils dans tes bras.

 

Psaume

Sans fin, Seigneur, nous chanterons ton amour !

 

L’amour du Seigneur, sans fin je le chante ;

ta fidélité, je l’annonce d’âge en âge.

Je le dis : C’est un amour bâti pour toujours ;

ta fidélité est plus stable que les cieux.

 

Heureux le peuple qui connaît l’ovation,

Seigneur, il marche à la lumière de ta face ;

tout le jour, à ton nom il danse de joie,

fier de ton juste pouvoir.

 

Tu es notre force éclatante ;

ta grâce accroît notre vigueur.

Oui, notre roi est au Seigneur ;

Notre bouclier, au Dieu saint d’Israël.

 

Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Romains

Frères, nous tous, qui avons été baptisés en Jésus Christ, c’est dans sa mort nous avons été baptisés. Si, par le baptême dans sa mort, nous avons été au tombeau avec lui, c’est pour que nous menions une vie nouvelle, nous si, de même que le Christ, par la toute-puissance du Père, est ressuscité être les morts. Et si nous sommes passés par la mort avec le Christ, nous croyons que nous vivrons aussi avec lui. Nous le savons en effet : ressuscité d’entre les morts, le Christ ne meurt plus ; sur lui la mort n’a plus aucun pouvoir. Car lui est mort, c’est au péché qu’il est mort une fois pour toutes ; lui qui est vivant, c’est pour Dieu qu’il est vivant. De même vous aussi : pensez que vous êtes morts au péché, et vivants pour Dieu en Jésus Christ.

 

Acclamation

Peuple de Dieu, peuple royal, annoncez les merveilles du Seigneur : il vous a appelés des ténèbres à sa lumière.

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

Jésus disait aux douze Apôtres : Celui qui aime son père ou sa mère plus que moi n’est pas digne de moi ; celui qui aime son fils ou sa fille plus que moi n’est pas digne de moi ; celui qui ne prend pas sa croix et ne me suit pas n’est digne de moi. Qui veut garder sa vie pour soi la perdra ; qui perdra sa vie ruse de moi la gardera. Qui vous accueille m’accueille ; et qui m’accueille accueille Celui qui m’a envoyé. Qui accueille un prophète en sa qualité de prophète recevra une récompense de prophète, qui accueille un homme juste en sa qualité d’homme juste sevra une récompense d’homme juste. Et celui qui donnera à boire, même un simple verre d’eau fraîche, à l’un de ces petits en sa qualité de disciple, amen, je vous le dis : il ne perdra pas sa récompense.

 

Etre digne du Christ

Celui qui aime son père ou sa mère plus que moi n'est pas digne de moi, celui qui aime son fils ou sa fille plus que moi n'est pas digne de moi. Il y a des paroles choquantes dans l’Evangile, mais celles-ci ne sont pas loin d'avoir le premier prix ! Et il est vrai que les dirigeants des sectes extrémistes, qui se réclament pourtant de l'esprit chrétien, en font un usage abondant pour endoctriner les jeunes adeptes. Ces paroles de Jésus ne seraient pas loin de nous rappeler la figure du Dieu jaloux de l'Ancien Testament, si on ne prêtait pas une plus grande attention au vocabulaire grec qu'utilise saint Matthieu.

Le verbe aimer qu'il utilise ici n'a pas le sens fort employé pour désigner l'amour de Dieu et l'amour du prochain. Ici, ce verbe désigne seulement les liens familiaux et naturels (remarquez au passage qu'il n'est pas question des liens du mariage). Ces liens naturels pourraient devenir un obstacle pour ceux qui désirent s'engager à la suite du Christ.

Il ne s'agit donc pas de mettre en conflit des sentiments intérieurs comme si l'amour que nous éprouvons pour Dieu dévalorisait automatiquement celui que nous pouvons porter h nos proches. Mais le texte nous dit quand même que suivre Jésus est plus important que les liens familiaux et qu'il faut toujours choisir d'être fidèle au Christ.

Il n'est pas possible d'édulcorer l'exigence évangélique qui se trouve ainsi exprimée. Il ne reste qu'à souhaiter qu'un tel choix ne vienne jamais à s'imposer à nous d'une manière aussi brutale.

Pour être digne de Jésus, nous devons accepter de prendre le même chemin que lui, un chemin qui passe par la Croix, ce qui implique la mise en question de certaines évidences, le renversement de certains choix. Pour être digne de lui, nous devons accepter de vivre dans la contradiction qui s'impose parfois à nous.

L'Evangile vient parfois jouer les trouble-fête. Mais n'est-ce pas pour nous montrer le chemin d'un bonheur encore plus grand ?

 

Prière universelle

Confiants dans l’amour et la fidélité de Dieu, prions-le avec foi et adressons-lui nos prières.

   Regarde, Père, l’Église répandue à travers le monde : donne-lui de grandir dans l’unité et dans l’amour. Ensemble, nous te prions.

   Regarde, Père, les hommes et les femmes qui te cherchent avec un coeur sincère : donne-leur d’ouvrir leur cœur à la mesure de ton amour. Ensemble, nous te prions.

   Regarde, Père, tous les peuples de la terre : donne à ceux qui les gouvernent de rechercher sans cesse les chemins de la justice et la paix. Ensemble, nous te prions.

   Regarde, Père, les hommes et les femmes qui te cherchent avec un coeur sincère : donne-leur d’ouvrir leur cœur à la mesure de ton amour. Ensemble, nous te prions.

   Regarde, Père, ceux qui souffrent : donne-leur de savoir reconnaître ta présence cachée au cœur de leurs souffrances. Apprends-nous à être fraternels. Ensemble, nous te prions.

   Regarde, Père, notre communauté réunie : donne-lui, comme à chacun de ses membres, de savoir témoigner du Christ en paroles et en actes. Ensemble, nous te prions.

Dieu notre Père, écoute les prières que nous t’adressons en ce jour : accueille-les et exauce-les par Jésus, ton Fils et notre Seigneur. Lui qui vit avec toi et l’Esprit Saint, maintenant et pour les siècles des siècles. Amen.

 

Prière sur les offrandes

Dieu qui agis avec puissance dans tes sacrements, fais que le peuple assemblé pour te servir soit accordé à la sainteté de tes propres dons. Par Jésus...

 

Prière après la communion

Que le corps et le sang de Jésus Christ, offert en sacrifice et reçu en communion, nous donnent la vie, Seigneur : reliés à toi par une charité qui ne passera jamais, nous porterons des fruits qui demeurent. Par Jésus...