Vingt-quatrième dimanche ordinaire

 

Ouverture

Nous avons souvent du mal à nous arrêter pour être attentifs à tous les appels de Dieu. Aujourd'hui, nous sommes invités par le Christ à prendre le temps de le contempler afin de prendre un nouveau départ dans notre vie d'hommes pécheurs.

Prière

Dieu créateur et maître de toutes choses, regarde-nous et, pour que nous ressentions l'effet de ton amour, accorde-nous de te servir avec un coeur sans partage. Par Jésus...

Première lecture

Le peuple d'Israël est en exil. Le prophète Isaïe apporte une parole de consolation : Dieu écoute le cri de son peuple blessé par les hommes.

Lecture du livre d'Isaïe

Parole du serviteur de Dieu. Le Seigneur Dieu m'a ouvert l'oreille, et moi, je ne me suis pas révolté, je ne me suis pas dérobé. J'ai présenté mon dos à ceux qui me frappaient, et mes joues à ceux qui m'arrachaient la barbe. Je n'ai pas protégé mon visage des outrages et des crachats. Le Seigneur Dieu vient à mon secours ; c'est pourquoi je ne suis pas atteint par les outrages, c'est pourquoi j'ai rendu mon visage dur comme pierre : je sais que je ne serai pas confondu. Il est proche, celui qui me justifie. Quelqu'un veut-il plaider contre moi ? Comparaissons ensemble. Quelqu'un a-t-il une accusation à porter contre moi ? Qu'il s'avance ! Voici le Seigneur Dieu qui vient prendre ma défense : qui donc me condamnera ?

Psaume

Je marcherai en présence du Seigneur sur la terre des vivants.

 

J'aime le Seigneur : il entend le cri de ma prière ;

il incline vers moi son oreille : toute ma vie, je l'invoquerai.

 

J'étais pris dans les filets de la mort,

j'éprouvais la tristesse et l'angoisse

j'ai invoqué le nom du Seigneur :

Seigneur, je t'en prie, délivre-moi !

 

Le Seigneur est justice et pitié, notre Dieu est tendresse.

Le Seigneur défend les petits : j'étais faible, il m'a sauvé.

 

Il a sauvé mon âme de la mort, gardé mes pieds du faux pas.

Je marcherai en présence du Seigneur sur la terre des vivants.

Deuxième lecture

Etre pratiquant, c'est pratiquer l'amour des autres. Saint Jacques condamne les belles paroles qui ne nourrissent pas ceux qui ont faim.

Lecture de la lettre de saint Jacques

Mes Frères, si quelqu'un prétend avoir la foi, alors qu'il n'agit pas, à quoi cela sert-il ? Cet homme-là peut-il être sauvé par sa foi ? Supposons que l'un de nos frères ou l'une de nos soeurs n'aient pas de quoi s'habiller, ni de quoi manger tous les jours ; si l'un de vous leur dit : Rentrez tranquillement chez vous ! Mettez-vous au chaud, et mangez à votre faim ! et si vous ne leur donnez pas ce que réclame leur corps, à quoi cela sert-il ? Ainsi donc, celui qui n'agit pas, sa foi est bel et bien morte, et on peut lui dire : Tu prétends avoir la foi, moi, je la mets en pratique. Montre-moi donc ta foi qui n'agit pas ; moi, c'est par mes actes que je te montrerai ma foi.

Alléluia.

Alléluia. Notre seule fierté, c'est la croix du Seigneur ! En lui, le monde est crucifié à nos yeux, et nous, aux yeux du monde.

Evangile de Jésus Christ selon saint Marc

Jésus s'en alla avec ses disciples vers les villages situés dans la région de Césarée-de-Philippe. Chemin faisant, il les interrogeait : Pour les gens, qui suis-je ? Ils répondirent : Jean Baptiste ; pour d'autres, Élie ; pour d'autres, un des prophètes. Il les interrogeait de nouveau : Et vous, que dites-vous ? Pour vous, qui suis-je ? Pierre prend la parole et répond : Tu es le Messie. Il leur défendit alors vivement de parler de lui à personne. Et, pour la première fois, il leur enseigna qu'il fallait que le Fils de l'homme souffre beaucoup, qu'il soit rejeté par les anciens, les chefs des prêtres et les scribes, qu'il soit tué, et que, trois jours après, il ressuscite. Jésus disait cela ouvertement. Pierre, le prenant à part, se mit à lui faire de vifs reproches. Mais Jésus se retourna et, voyant ses disciples, il interpella vivement Pierre : Passe derrière moi, Satan ! Tes pensées ne sont pas celles de Dieu, mais celles des hommes. Appelant la foule avec ses disciples, il leur dit : Si quelqu'un veut marcher derrière moi, qu'il renonce à lui-même, qu'il prenne sa croix, et qu'il me suive. Car celui qui veut sauver sa vie la perdra ; mais celui qui perdra sa vie pour moi et pour l'Évangile la sauvera.

Homélie : Sondage d'opinion !

A mi-route de sa vie, Jésus fait une sorte de sondage, histoire de montrer que les vues humaines sont loin d'être au point ! Comment les gens le perçoivent-ils ? Avec les références dont ils disposaient, ses contemporains le comparent aux hommes illustres des temps anciens. Et si posions aujourd'hui la question aux hommes de notre temps : Pour vous, qui est Jésus-Christ ? Les réponses seraient sans doute variées : une star de jadis, un révolutionnaire, un superman comme on en voit à la télévision, un prophète comme il n'en est plus...

La question vaut aussi pour nous : Et vous, que dites-vous ? Pour vous, qui suis-je ? Ne répondons pas facilement en reprenant les réponses apprises au catéchisme. Car cette question est redoutable, elle exige une adhésion, un engagement dans une aventure qui nous dépasse. Jésus lui-même nous place dans la perspective de notre engagement à sa suite, jusque dans sa Passion. Il est celui qui fait que nous ne serons jamais plus les mêmes si nous acceptons de risquer notre vie avec lui.

Reconnaître en Jésus le Christ, c'est accepter de suivre son chemin de croix. Il n'est pas étonnant que Pierre proteste devant la perspective du juste qui doit souffrir. Mais, Pierre n'a pas de chance : chaque fois qu'il prend la parole au nom de ses amis, il se fait rabrouer et remettre en place vertement : Passe derrière moi, Satan, tes pensées ne sont pas celles de Dieu, mais celles des hommes. Pourtant, Pierre s'était engagé dans sa réponse en acceptant de suivre celui qu'il considérait comme le Messie. Jésus ne sera pas le Messie que les hommes pouvaient espérer : il ouvre une voie qui parait encore difficilement acceptable : Si quelqu'un veut marcher à ma suite, qu'il renonce à lui-même, qu'il prenne sa croix et me suive.

Que signifient ces paroles en cette fin de vingtième siècle qui lutte de toutes ses forces contre la souffrance et la mort ? Sans doute faut-il marcher longtemps avec le Christ, sur les chemins de la souffrance et de la mort pour commencer à le connaître, pour suivre sa route sans révolte, en portant avec lui la croix qui libère et qui sauve, puisqu'il ne cesse de la porter avec nous. Ce que le Christ attend de nous aujourd'hui, c'est une parole de foi.

Et nous, à quel stade en sommes-nous ? l'indifférence ? l'admiration ou la foi ?

Profession de foi

A la suite de Pierre, affirmant à Jésus : Tu es le Messie, mais se faisant rabrouer par Jésus, disons au Seigneur notre confiance et notre foi malgré nos faiblesses.

·        Je crois en Dieu, Père de toute vie et de tout amour. Il a créé le monde et il l'a confié aux hommes pour qu'ils y bâtissent son Royaume. Seigneur, je crois, mais fortifie ma foi.

·        Je crois en Jésus-Christ, qui a souffert, qui est mort et ressuscité. Il nous appelle à marcher à sa suite pour nous donner sa vie. Seigneur, je crois, mais fortifie ma foi.

·        Je crois en l'Esprit-Saint. Il est à l'œuvre dans l'Eglise et dans le monde. Il nous invite à manifester notre foi dans des actes. Seigneur, je crois, mais fortifie ma foi.

Prière universelle

Que notre prière s'élargisse aux dimensions du monde.

·        Sur ceux qui risquent leur vie à la suite du Christ, sur ceux qui vivent leur foi malgré l'oppression et la critique, Fais briller ton amour, Seigneur.

·        Sur ceux qui souffrent, sur ceux qui portent leur croix en silence, sur ceux qui se découragent devant les difficultés de la vie, Fais briller ton amour, Seigneur.

·        Sur ceux qui ne te reconnaissent pas, sur ceux qui cherchent à te rencontrer sans te trouver, sur ceux qui ne reconnaissent plus ton visage, Fais briller ton amour, Seigneur.

Seigneur, tu nous confies la terre pour que nous la rendions habitable. Apprends-nous à risquer notre vie pour l'Evangile et nous connaîtrons le bonheur que tu promets, toi qui es vivant pour les siècles des siècles. Amen.

Prière sur les offrandes.

Sois favorable à nos prières, Seigneur, et reçois avec bonté nos offrandes : que les dons apportés par chacun à la gloire de ton nom servent au salut de tous. Par Jésus...

Prière après la communion

Que la grâce de cette communion, Seigneur, saisisse nos esprits et nos corps, afin que son influence, et non pas notre sentiment, domine toujours en nous. Par Jésus.