Septième dimanche de Pâques

 

Ouverture

"Je m'en vais et je reviens vers vous. Si vous m'aimiez, vous serez dans la joie puisque je pars vers le Père..." C'était la finale de l'évangile de dimanche dernier. Le Christ est retourné vers le Père, à l'Ascension. Nous qui sommes venus le célébrer aujourd'hui, sommes-nous encore dans la joie ? Au moment de célébrer l'eucharistie, reconnaissons que nous sommes pécheurs et que nous ne sommes pas des témoins joyeux du Christ.

Prière.

Entends notre prière. Seigneur : nous croyons que le Sauveur des hommes est auprès de toi dans la gloire ; fais nous croire aussi qu'il est encore avec nous jusqu'à la fin des temps, comme il nous l'a promis. Lui qui règne avec Toi, Père...

Première lecture

Convaincu de contempler Jésus debout à la droite de Dieu, Etienne peut prier comme jésus et pardonner à ses bourreaux.

Lecture du livre des Actes des Apôtres

Etienne était en face de ses accusateurs. Rempli de l'Esprit Saint, il regardait vers le ciel ; il vit la gloire de Dieu, et Jésus debout à la droite de Dieu. Il déclara :  Voici que je contemple les cieux ouverts : le Fils de l'homme est debout à la droite de Dieu. Ceux qui étaient là se bouchèrent les oreilles et se mirent à pousser de grands cris ; tous à la fois, ils se précipitèrent sur lui, l'entraînèrent hors de la ville et commencèrent à lui jeter des pierres. Les témoins avaient mis leurs vêtements aux pieds d'un jeune homme appelé Saul. Étienne, pendant qu'on le lapidait, priait ainsi :  Seigneur Jésus, reçois mon esprit. Puis il se mit à genoux et s'écria d'une voix forte :  Seigneur, ne leur compte pas ce péché. » Et, après cette parole. il s'endormit dans la mort.

Psaume

Elevé dans la gloire, Christ est Seigneur !

ou bien : Le Seigneur est roi.

 

Le Seigneur est roi ! Exulte la terre !

Joie pour les îles sans nombre !

Justice et droit sont l'appui de son trône.

 

Les cieux ont proclamé sa justice,

et tous les peuples ont vu sa gloire.

À genoux devant lui, tous les dieux !

 

Tu es, Seigneur. le Très-Haut

sur toute la terre :

tu domines de haut tous les dieux.

Deuxième lecture

En terminant son livre, l'Apocalypse, Jean appelle le retour du Seigneur : "Viens, Seigneur Jésus".

Apocalypse de saint Jean

Moi, Jean, j'ai entendu une voix qui me disait : Voici que je viens sans tarder, et j'apporte avec moi le salaire que je vais donner à chacun selon ce qu'il aura fait. Je suis l'alpha et l'oméga, le premier et le dernier, le commencement et la fin. Heureux ceux qui lavent leurs vêtements pour avoir droit aux fruits de l'arbre de vie, et pouvoir franchir les portes de la cité. Moi, Jésus, j'ai envoyé mon ange vous apporter ce témoignage au sujet des Eglises. Je suis le descendant, le rejeton de David, l'étoile resplendissante du matin.  L'Esprit et l'Épouse disent : Viens ! Celui qui entend, qu'il dise aussi : Viens !  Celui qui a soif, qu'il approche. Celui qui le désire, qu'il boive l'eau de la vie, gratuitement.

Et moi, je témoigne devant tout homme qui écoute les paroles de la prophétie écrite dans ce livre : si quelqu'un inflige une addition à ce message, Dieu lui infligera les malheurs dont parle ce livre ; et si quelqu'un enlève des paroles à ce livre de prophétie, Dieu lui enlèvera sa part des fruits de l'arbre de vie et sa place dans la cité sainte dont parle ce livre. Et celui qui témoigne de tout cela déclare :  Oui, je viens sans tarder.  - Amen ! Viens, Seigneur, Jésus !

Alléluia.

Le Seigneur ne vous laisse pas orphelins : il reviendra vers vous, alors votre coeur connaîtra la joie.

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

A  l'heure ou Jésus passait de ce monde a son Père, les yeux levés au ciel, il priait ainsi : Je ne prie pas seulement pour ceux qui sont là, mais encore pour ceux qui accueilleront leur parole et croiront en moi. Que tous, ils soient un, comme toi, Père, tu es en moi, et moi en toi. Qu'ils soient un en nous, eux aussi. pour que le monde croie que tu m'as envoyé. Et moi, je leur ai donné la gloire que tu m'as donnée, pour qu'ils soient un comme nous sommes un : moi en eux, et toi en moi. Que leur unité soit parfaite ; ainsi le monde saura que tu m'as envoyé. et que tu les as aimés comme tu m'as aimé. Père. ceux que tu m'as donnés, je veux que là où je suis, eux aussi soient avec moi, et qu'ils contemplent ma gloire, celle que tu m'as donnée parce que tu m'as aimé avant même la création du monde. Père juste, le monde ne t'a pas connu, mais moi je t'ai connu, et ils ont reconnu, eux aussi, que tu m'as envoyé. Je leur ai fait connaître ton nom, et je le ferai connaître encore : pour qu'ils aient en eux l'amour dont tu m'as aimé, et que moi aussi, je sois en eux.

Faut-il encore lever les yeux au ciel ?

Toute la vie de Jésus peut être comprise comme un passage de ce monde à son Père. Profondément homme, enraciné totalement dans le genre humain, il a vécu "les yeux levés au ciel". Il ouvrait les yeux vers le ciel non pas pour échapper à ce monde présent,  mais pour donner son sens ultime à toute l'existence à humaine. Il levait les yeux pour rejoindre son unité avec son Père.

Dans son ultime prière, il invite ses disciples à participer à cet élan. L'unité des chrétiens trouve son origine dans l'unité d'amour qui unit le Père et le Fils, dans la communion de l'Esprit. De même qu'il n'y a qu'un seul Dieu en trois personnes distinctes, de même nous sommes tous appelés à devenir dans le Christ un seul homme en une multitude de personnes.

Au temps où Jean rédigeait son Evangile, avec cette prière de Jésus pour l'unité, les frictions et les conflits ne manquaient pas dans l'Eglise. Les uns se réclamaient de telle tendance, les autres de telle autre et certains s'attachaient uniquement à la personne de celui qui leur avait parlé de Jésus.

Il ne s'agit pas de nier les affrontements nécessaires pour marcher vers l'unité, il faut plutôt découvrir le dynamisme qui vient de Dieu lui-même.

L'unité des chrétiens n'est pas et ne peut pas être le fruit des accords et des compromissions. Tout au long de l'histoire du christianisme, les schismes et les hérésies ont accompagné la vie de l'Eglise. Et trop souvent, hélas ! on a voulu réaliser l'unité à une échelle purement humaine, en confondant l'unité et l'uniformité.

Une menace pèse encore sur l'Eglise, une menace de division peut-être beaucoup plus sournoise que les querelles théologiques passées. A un moment où les chrétiens des différentes confessions cherchent à marcher ensemble sur le chemin de la réconciliation, certains cherchent à miner l'édifice ecclésial. Des chrétiens se laissent ainsi emporter par un idéal mystique, ce qui serait parfaitement légitime si cet idéal n'était pas orchestré par des hommes sans scrupules qui ne peuvent vivre qu'en dénigrant systématiquement tout ce qui est entrepris par les autres. Ainsi, on attaque les institutions, la liturgie, la catéchèse, les déclarations des évêques, l'action en faveur des pays en voie de développement Tous les engagements de l'Eglise dans le monde contemporain sont systématiquement critiqués par ces hommes eu ces femmes qui s'arrogent une sorte de droit divin de juger et de condamner sans appel.

Jésus-Christ lui-même, en étant totalement enraciné dans le monde de son temps et dans la condition humaine, Jésus-Christ lui-même n'a pas échappé à la critique et à la condamnation, parce qu'il semblait refuser l'ordre établi par la Loi juive traditionnelle. Ce n'est certainement pas en s'engageant dans la voie tracée par son Seigneur que l'Eglise risque de perdre son crédit. Au contraire !

Alors, ce qui peut ébranler l'Eglise, en cette fin de vingtième siècle, ce ne sont pas les engagements pris par les disciples du Christ. La grande menace vient de tous ceux qui mènent des campagnes de dénigrement systématique et qui empêchent ainsi toute avancée vers le Royaume...

En ce Jour où nous avons entendu l'adieu solennel du Christ à ses disciples, dans la grande prière pour l'unité, allons-nous rester insensibles à sa préoccupation. Il se souciait du témoignage d'amour et d'unité des croyants. Sommes-nous prêts à vivre de l'amour et de l'unité pour que le monde croie que le Père a envoyé son Fils ?

Prière d'intercession

Dans l'espérance du retour du Christ, nous nous tournons vers le Père, pour le prier avec confiance.

·    "Père, je te prie pour ceux qui sont là", ceux qui croient depuis leur enfance, sans difficulté. Qu'ils manifestent leur Joie de croire. Nous te le demandons par Jésus-Christ.

·    "Père, je te prie pour ceux qui accueilleront la Parole de mes témoins", ceux qui sont en marche vers toi. Qu'ils accueillent le don de la foi avec Joie. Nous te le demandons par Jésus-Christ...

·    "Père, je te prie pour que le monde croie", ce monde divisé, ce monde qui a du mal à vivre dans la paix. Qu'il recherche l'unité et la paix. Nous te le demandons par Jésus-Christ.

Seigneur, accueille notre prière pour que le monde croie, et que nous puissions accueillir le retour de ton Fils, Jésus, le Christ, notre Seigneur pour les siècles des siècles. Amen.

Prière sur les offrandes.

Avec ces offrandes, Seigneur, reçois les prières de tes fidèles : que cette liturgie célébrée avec amour nous fasse passer à la gloire du ciel. Par Jésus. le Christ, notre Seigneur.

Préface de Pâques

Vraiment, il est juste et il est bon de te glorifier, Seigneur, en tout temps, mais plus encore en ces jours où le Christ, notre Pâque, a été immolé. Quand il livre son corps sur la croix, tous les sacrifices de l'ancienne Alliance parviennent à leur achèvement ; et quand il s'offre pour notre salut, il est à lui seul l'autel, le prêtre et la victime. C'est pourquoi, avec les anges et tous les saints, nous proclamons ta gloire, en chantant (disant) dune seule voix : Saint ...

Prière après la communion.

Exauce-nous, Dieu notre Sauveur : que notre communion au mystère du salut nous confirme dans cette assurance que tu glorifieras tout le corps de l'Église comme tu as glorifié son chef. Jésus le Christ. Lui qui règne avec toi et le Saint-Esprit.